L’éthylotest : quelle réglementation pour les véhicules de collection ?

Les véhicules de collection sont soumis à des règles spécifiques qui peuvent parfois prêter à confusion. Parmi elles, la réglementation concernant l’éthylotest est souvent source d’interrogations. Doivent-ils en être équipés ? Quelle est la législation en vigueur ? Cet article vous éclaire sur ce sujet et vous aide à mieux comprendre les obligations liées à l’utilisation d’un éthylotest dans un véhicule de collection.

Le contexte législatif lié à l’éthylotest

Depuis le 1er juillet 2012, la loi française impose à tous les conducteurs de disposer d’un éthylotest homologué dans leur véhicule. Cette obligation s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière et vise à réduire le nombre d’accidents liés à l’alcool au volant. L’éthylotest doit être non usagé et disponible immédiatement en cas de contrôle routier.

Toutefois, cette réglementation a subi quelques ajustements depuis son entrée en vigueur. En effet, initialement assortie d’une amende en cas de non-respect, cette sanction a finalement été supprimée en janvier 2013. Ainsi, bien que l’obligation de posséder un éthylotest soit toujours en vigueur, il n’y a plus de pénalité financière en cas de non-conformité.

Les véhicules de collection : une catégorie à part ?

Les véhicules de collection bénéficient d’un statut particulier qui leur confère certaines spécificités. Pour être considéré comme tel, un véhicule doit remplir deux conditions : avoir plus de 30 ans d’âge et ne plus être produit depuis au moins 10 ans. Cette classification permet notamment à ces véhicules d’être exemptés du contrôle technique périodique, sous réserve qu’ils soient utilisés dans le cadre d’événements liés aux véhicules anciens ou pour des déplacements occasionnels.

A découvrir aussi  Comprendre l'acquisition de la nationalité française : Un guide juridique

En ce qui concerne l’éthylotest, la législation ne fait pas explicitement mention des véhicules de collection. Par conséquent, il est admis que les règles applicables aux véhicules classiques s’appliquent également à cette catégorie de voitures anciennes. Ainsi, même si la sanction financière a été supprimée, les propriétaires de véhicules de collection ont l’obligation morale et légale de se conformer à cette mesure préventive en disposant d’un éthylotest homologué dans leur voiture.

Quel éthylotest choisir pour un véhicule de collection ?

Il existe deux types d’éthylotests sur le marché : les éthylotests chimiques, à usage unique, et les éthylotests électroniques, réutilisables. Pour être homologué, un éthylotest doit répondre aux normes NF et être conforme à la réglementation en vigueur. Il est important de vérifier ces éléments avant d’acquérir un éthylotest pour s’assurer de sa fiabilité.

Pour les véhicules de collection, il peut être pertinent d’opter pour un éthylotest électronique, dont la durée de vie est généralement plus longue que celle des éthylotests chimiques. De plus, les éthylotests électroniques offrent l’avantage d’être plus précis et fiables que leurs homologues à usage unique. Enfin, leur côté réutilisable permet de limiter l’impact environnemental lié à la production et à l’élimination des éthylotests chimiques.

En résumé, bien que les véhicules de collection bénéficient d’un statut particulier, ils ne sont pas exemptés de l’obligation de disposer d’un éthylotest homologué dans le cadre de la lutte contre l’alcool au volant. Les propriétaires de ces véhicules ont donc tout intérêt à se conformer à cette mesure préventive en choisissant un éthylotest adapté et fiable.

A découvrir aussi  La diffamation en ligne : protégez votre réputation et vos droits